Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JEUX D'EPEE EN QUELQUES MOTS

Les Jeux d'épée sont à l'initiative du GRDT (groupement pour la recherche et le développement du taiji quan, association basée en Charentes) Ces jeux d'épée vous propose un stage estival  ouvert à tous de trois jours ; débutants, pratiquants d'arts martiaux internes et externes, il est consacré à la pratique des armes avec partenaire sous formes d'échanges codifiés et amicaux.

Publié par jeux d'épée

Claudy et Yves ont accepté de se prêter à l'interview, voici  ce qu'ils pensent de l'utilité de la pratique des armes avec un partenaire, merci à eux.

 

1) quel est pour l'intérêt de la pratique avec partenaire pour un débutant et un pratiquant confirmé ?

 

 

CLAUDY

 

Dans les classiques du Taiji quan il est souvent question de l'énergie d'écoute. Celle-ci ne peut se développer qu'à la condition d'avoir un contact physique avec un partenaire. C'est à travers les informations que le partenaire nous renvoie que nous serons capables de savoir ce qui se passe en nous, dans notre corporéité. 

Pour le débutant, ce sera tout d'abord une grande découverte de soi dans tous ses aspects. Cette découverte ne sera possible que s'il y a ouverture et accueil de l'autre. C'est donc apprendre à laisser l'autre pénétrer ses retranchements afin de les faire "sauter" pour pouvoir progresser dans la compréhension de sa discipline d'une part et de soi-même d'autre part.

Pour le débutant, c'est l'occasion de pratiquer ce qu'on appelle "l'oubli des mains". Étant concentré sur l'arme, le pratiquant oublie sa main et l'énergie peut donc mieux circuler en elle.

Pour le pratiquant confirmé, il s'agira de mettre sans cesse en pratique les principes énoncés dans les classiques du Taiji quan, comme ceux du Si Yao par exemple. Par ce travail à deux, le pratiquant confirmé cherchera à ne jamais perdre le contact que celui-ci soit physique ou énergétique de manière à comprendre les intentions du partenaire.

 

YVES

 

La pratique avec partenaire permet de développer l’écoute de l’autre qui nous renvoie à notre propre image. L’arme est le prolongement de la main cela permet d’avoir un travail plus juste dans sa pratique. L’attention (sans tension) est au maximum, la notion de respect de son partenaire est très importante. Le débutant va apprendre à vaincre ses peurs, le pratiquant confirmé à développer son sens de l’écoute, la notion de distance, la présence dans l’instant, avec l'arme on ne peut pas tricher !!!

 


 

2) Traditionnellement certains arts martiaux comme le Penchat Silat indonésien font commencer la pratique par les armes avant même la pratique à main nue, qu'en pensez-vous ?

 

CLAUDY

 

Il y a des arts martiaux qui n'utilisent que les armes comme dans l'escrime par exemple. Je ne crois pas qu'il faille imposer de règle stricte en la matière. Si un débutant comprend mieux les principes en ayant une arme dans la main alors laissons-lui cette chance. Il est de bon ton dans le milieu du Taiji quan de dire qu'on ne pratique pas les armes aussi longtemps qu'on n'est pas capable de contrôler son énergie. Combien de pratiquants du Taiji quan après de longues années de pratique sont capables de contrôler leur énergie et malgré tout cela ne les empêche pas de pratiquer une arme, ce qui va à l'encontre de ce qu'ils affirment.


YVES

 

 En tant que pratiquant aikïdo, je pense qu’il est bien de travailler les armes. Les techniques à mains nues sont nées des armes ; le ken (sabre) le Jo (bâton) et vice – versa. On ne peut dissocier les deux pratiques d'où l’importance du travail des armes. Il nous faut trouver dans la pratique l’harmonie esprit/corps/armes !!!!                                                                        

 

   

                                                                                                                                                         

3) Comment faire pour gommer l'appréhension ressentie par la débutants par le contact avec l'arme ?

 

CLAUDY

 

Cette appréhension n'existe pas qu'avec les armes. Il convient de faire des ateliers pour vaincre ses peurs. Et ce n'est pas une carapace qui aidera à vaincre ses peurs mais l'entière confiance en sa capacité à réagir. Il faut donc s'entraîner avec des armes non dangereuses certes et avec des protections des organes sensibles comme les yeux mais il faut également savoir accueillir un coup pour mieux l'éviter.

 

YVES

L’appréhension ressentie par le débutant au contact de l'arme sera vaincue par la pratique, elle est normale et je dirai nécessaire pour petit à petit prendre confiance en soi et en son partenaire. Il faut de nombreuses années pour arriver à une certaine maîtrise et pouvoir exprimer tout son potentiel !!!  

 

   


 

4) Dans les arts martiaux et au-delà, quelle est l'utilité de la pratique avec armes à notre époque ?

 

CLAUDY

 

Dans l'idée d'une guerre, les armes blanches ne sont utiles que lorsque les munitions sont épuisées. C'est donc une question de survie et l'armée sait très bien préparer le guerrier pour ce genre d'exercice. Pour le guerrier non militaire, l'arme est un outil pour se perfectionner dans son art. Il est le prolongement de la main et en cela c'est un moyen d'expression. Sa mobilité corporelle doit s'adapter totalement à l'arme utilisée, elle est différentes selon les armes. Bref, on en revient à un travail véritable sur sa personne dans le cadre d'une évolution de sa pratique et de sa personne.

 

YVES

Je crois que par le travail des armes on acquiert une maîtrise de soi, une attitude, une présence qui fait que dans la vie de tous les jours face à des situations difficiles on est plus apte à les gérer !!!              

 

_______________________________________

Sources photos

https://pixabay.com/fr                  

_______________________________________              

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article